Espagne | Le Gouvernement Porte Plainte Pour L’espionnage Du Portable De Pedro Sánchez

Espagne | Le Gouvernement Porte Plainte Pour L’espionnage Du Portable De Pedro Sánchez

0 0
Read Time:3 Minute, 51 Second

Le gouvernement Espagnol a déposé aujourd’hui une plainte auprès de l’Audiencia Nacional pour espionnage présumé des téléphones portables du Premier ministre Pedro Sánchez et de la ministre de la Défense Margarita Robles, alors que les faits se sont déroulés en 2021.


Madrid, Espagne | Des sources judiciaires ont déclaré à l’agence de presse Efe que la plainte faisait référence à l’intrusion dans les appareils mobiles (téléphones portables) de Pedro Sánchez et Margarita Robles à l’aide du programme informatique Pegasus en mai de juin de l’année dernière.

Aujourd’hui, le gouvernement espagnol a indiqué que le scandale Pegasus a touché le Premier ministre et le ministre de la Défense qui ont été la cible d’écoutes téléphoniques “illicites et externes”.

L’écoute et la surveillance illégale des deux téléphones ont été annoncées par la porte-parole du gouvernement espagnol, Isabel Rodriguez, et par le ministre de la présidence du gouvernement, Félix Bolaños, lors d’une conférence de presse qui a eu lieu au Palácio de la Moncloa, à Madrid.

Le gouvernement espagnol n’a pas encore précisé si “l’attaque externe” a été menée par un pays étranger ou une société internationale.

L’utilisation du programme informatique Pegasus de fabrication israélienne a d’abord été dénoncée par des membres de l’opposition et des séparatistes en Catalogne.

Le programme Pegasus, fabriqué par la société privée israélienne NSO, ne peut être vendu et utilisé que par les gouvernements et a été au centre de plusieurs scandales d’espionnage contre des politiciens, des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme dans le monde, notamment en Espagne, au Maroc et en France.

Le programme, qui ne peut être vendu qu’après autorisation du gouvernement israélien, a déjà été interdit aux États-Unis.

Pedro Sánchez

Aujourd’hui, les députés catalans du CUP (Candidature pour l’unité populaire) Carlos Riera, Albert Botran et David Fernàndez ont déposé une plainte auprès d’un tribunal de Barcelone contre des actes présumés d’espionnage via le programme informatique Pegasus.

Selon un communiqué du CUP, la plainte au nom des trois députés précise qu’il s’agit d’un crime contre l’intimité dans le but de “révéler des secrets”.

De même, l’organisation séparatiste catalane Ómnium Cultural a indiqué aujourd’hui qu’elle avait déjà porté plainte pour d’éventuels actes d’espionnage de membres du groupe.

Le CUP et le groupe Ómnium Cultural, cibles d’espionnage présumé, accusent le Centre national de renseignement (CNI – services d’information de l’État espagnol) de responsabilité mais demandent aux juges d’enquêter sur l’existence d’une unité de la Guardia Civil et de la police nationale qui aurait utilisé le programme Pegasus, « directement ou par l’intermédiaire de tiers ».

La partie catalane et Ómnium Cultural demandent également à la CNI et au ministère de la Défense des informations pour savoir si le programme Pegasus a été acheté et qu’une ordonnance d’enquête européenne soit délivrée aux autorités luxembourgeoises sur d’éventuels comptes bancaires attribués à la société NSO entre 2016 et 2022.

L’intention est d’identifier « d’éventuels acheteurs espagnols du logiciel Pegasus ».

Òmnium Cultural et CUP demandent également que les responsables de l’Institut national de cybersécurité, du Centre technologique de sécurité, du Bureau de coordination de la cybersécurité et de l’Agence de cybersécurité de Catalogne soient appelés à témoigner en tant que témoins afin de “faciliter” les informations sur le Pegasus.

Les demandes n’ont pas encore été confirmées par les juges du tribunal de Barcelone.

D’autre part, le gouvernement de la région autonome espagnole de Catalogne (Generalitat) a annoncé qu’il inspecterait périodiquement les téléphones portables de 500 fonctionnaires occupant des postes officiels en raison de menaces menées par le biais de programmes d’espionnage tels que Pegasus.

Auparavant, des intrusions avaient été dénoncées à des dizaines d’indépendantistes catalans, dont le président de la Generalitat, Pere Aragonès.

A l’issue de la conférence de presse du gouvernement espagnol, Oskar Matute, député indépendantiste basque du parti EH Bildu, a déclaré qu’il fallait enquêter – “pour qu’il n’y ait aucun doute” – si les faits annoncés aujourd’hui n’ont pas été commis “par les égouts”. de l’État » ou si elles ont été menées de manière indépendante.

S’adressant à la station de radio numérique La Cafetera, Matute a déclaré que l’espionnage présumé contre le Premier ministre et le ministre de la Défense révèle que les allégations initiales d’espionnage contre les séparatistes catalans “étaient bien fondées” et n’étaient pas “exagérées”.

Le nouveau chef du Parti populaire, Nuñes Feijóo, a exprimé un “soutien sans équivoque” au gouvernement de Pedro Sanchéz et a appelé à “la préservation de la sécurité de l’État” et des institutions.

Feijóo a demandé que “les mesures de sécurité soient renforcées afin d’éviter les cas d’espionnage sur les principaux responsables espagnols”.

Vous souhaitez nous envoyer vos vidéos ou photos ou même des scoops ? Contactez-nous par email [email protected]

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

What Do You Think?

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: